À l’heure de la transition énergétique, tout le monde est poussé se convertir à l’hybride, voire à l’électrique. Après avoir pris des mesures pour la protection de la réserve de Scandola notamment, la question de la propulsion hybride s’est naturellement posée. Il est vrai que sur le papier tout laisse penser à une recette miracle qui réduit totalement l’impact en émission de CO2 lors de la phase de navigation en propulsion électrique et permet ainsi d’être en phase avec notre environnement. Le bateau hybride est un bateau silencieux, sans vibration et sans odeur. On retrouve les sensations des voiliers, mais sans la difficulté des manœuvres.
De plus, les bateaux bénéficiant d’une propulsion électrique permettent de bénéficier d’une aide de financement européenne et régionale. Malgré tout, chez Corse Adrénaline, nous avons décidé de ne pas tenter l’aventure de l’hybride, et on vous explique pourquoi.

Les limites de l’hybride pour nos bateaux

Le système hybride pour un bateau, comme pour une voiture, est l’association d’un moteur thermique et d’un moteur électrique. Le moteur électrique est sollicité en premier, le moteur thermique vient prendre le relais lorsque la batterie est déchargée. De prime abord, la solution semble donc attractive, elle permet de limiter les émissions de CO2 qui impactent notre planète.
Toutefois, cette solution n’offre pas que des avantages. Dans un premier temps un bateau hybride coûte 30 à 50 % plus cher. Soit, c’est une question que pourrions malgré tout aborder si cette solution n’offrait que des avantages, tant sur le plan technique que sur le plan écologique. Mais ce n’est pas le cas.
À poids égal, le moteur électrique n’offre pas la même puissance. La propulsion électrique est limitée en raison des différentes influences sur le déplacement d’un bateau entre les vagues, le courant et le vent. En clair, le moteur hybride montre ses limites dès 5 nœuds de vent, ce qui est loin d’être important.
D’autre part, si la propulsion hybride permet une alimentation via des groupes électrogènes ou des batteries rechargeables à quai ou en mer, ce n’est pas le cas de l’électrique pur qui nécessite de revenir à quai.

Les limites écologiques de l’hybride et de l’électrique

L’autonomie du bateau hybride reste limitée et le temps de recharge des batteries est long. Notons par ailleurs que les centrales électriques actuelles sont alimentées en diesel, l’hybride électrique n’est pas si neutre.
Mais la réalité est bien plus sombre. Si Corse Adrénaline a fait le choix de ne pas succomber à la tentation de l’hybride pour ses bateaux, c’est pour deux autres raisons :

la fabrication des batteries est très polluante : les principaux composants d’une batterie électrique sont le cobalt, le lithium, le manganèse, le nickel ou encore le graphite. Sachez qu’il faut extraire une tonne de terre concassée pour obtenir un gramme de matériau utile. De plus, l’extraction nécessite l’utilisation de beaucoup d’eau dans des régions du monde où elle est particulièrement précieuse. Enfin, ce procédé stérilise les sols et impacte une fois de plus les populations, locales ;

la plupart des batteries ne sont pas recyclées, et c’est un véritable point noir aujourd’hui. Chez Corse Adrénaline, nous ne sommes pas prêts à alimenter des cimetières de batteries qui vont polluer les sols.

En clair, nous ne souhaitons pas aujourd’hui être les acteurs de la délocalisation de la pollution. Les batteries sont massivement fabriquées en Chine, un pays pour qui le respect de l’environnement est loin d’être une préoccupation majeure. En République démocratique du Congo, on extrait les matériaux nécessaires à la production de batteries électriques et détruisons des terres autrefois fertiles et permettant de nourrir les locaux.

Oui, pour Corse Adrénaline, l’écologie a un sens. Nous nous investissons dans différents projets locaux en faveur de l’environnement, nous avons fait le choix de ne plus pénétrer dans la zone intégrale de Scandola durant nos promenades en mer. Pour autant, notre vision de l’écologie ne consiste pas uniquement à préserver la qualité de l’air en Corse pour détruire une autre partie de la planète.

Les générateurs à hydrogène semblent être la solution à terme. Pas de pollution un important rendement énergétique, une ressource quasi infinie d’hydrogène, l’avenir de Corse Adrénaline passera peut-être par cette solution.